:. Accueil
 :. L'Association
 :. Personnalités
 :. Actualités
 :. Dossiers
 :. Galeries
 :. Forum
 :. Vidéos
 :. Rendez-vous
 :. Boutique
 :. Partenaires
Exposition INVENTEURS ET SAVANTS NOIRS
Dossiers

Retour liste des Dossiers
Un ingénieur Afro-Germanique développe une machine à recycler
Le Centre Technologique, une structure miroitante, en verres façonnés, comme un cylindre incliné, est la pièce centrale du Parc Électronique à Duisburg (Allemagne). C'est situé à mi-chemin de la Vallée Ruhr, le coeur du secteur industriel de l'Allemagne. Dans le deuxième étage de ce Centre, à l'intérieur des bureaux de l'ITS (Institut fur Technische Dokumentation, Schulung und Beratung), le Président de la compagnie Edouard Mbemba, 42 ans, porte une considération particulière à la maquette façonnée, de la machine, qui pourra être bientôt au hall central de sa compagnie. La machine sépare les matières usées pour recyclage, un aspect hautement profitable de l'industrie lourde.

ITS est composé de deux compagnies, « la pièce de construction mécanique et l'autre dans laquelle je forme les personnes pour être les Rédacteurs et les employés de l'informatique » affirme Mbemba. Les revenues de l'ITS pour 2003 s'élèvent à 1,2 million d'euros : 60% du centre d'apprentissage et 40% de la Conception et Consultation . « La formation des travailleurs est supportée par l'Arbeitsamt, Agence de Ressources Humaines et d'Emploies d'État, et une autre Agence du gouvernement », ajoute Mbemba.

Mais l'ingénieur devenait Président du Conseil d'Administration. Ce qui est plus épanouissant que sa machine de recyclage. « Je suis continuellement le responsable de construction du modèle de la machine au Centre de recherches de l'Université » disait- il. Le projet est financé par Bundesminsterium fur Wirtschaft und Technologie (Le Département Fédéral de l'Économie et de la Technologie) et pourra être complète en Juin 2004.

Mbemba a conçu la machine avec le principes mathématique de la Trigonométrie. « Cela prendra n'importe quel matériel - le matériel de construction par exemple - et séparer le matériel léger du lourd. L'eau est pompée d'une façon rythmée dans un container avec un moteur excentrique qui rehausse la pression et ensuite la libère. Le matériel léger monte à la surface et le lourd va au fond de la cuve. Les deux charges sont collectées dans des compartiments séparés. » explique t-il.

Le recyclage technologie actuel utilise un mécanisme, un processus continu et ondulant. Cependant la machine de Mbemba a un composant électronique qui calcule et règle l'accélération du levage et la décélération de la course descendante de l'enterrage dans lequel le matériel est placé. En conséquence, Mbemba se réfère sur sa conception comme un Schwingsetzmachine, ou une machine à pulsations rythmées. Ses applications sont nombreuses et variées dans la pensée écologique de la Germanie, spécialement dans la région de l'est du pays où des usines, au vieux style soviétique, ont désespérément besoin d'être en bon état de fonctionnent.

En ajoutant la direction de l'ITS, Mbemba est aussi Directeur de North Rhine- Westphalia filiale de l'initiative Scharze Deutsche (ISD), une organisation qui promouvoit les intérêts et les affaires des Noirs en Germanie. Né au Congo (Démocratique) et adopté par un couple germanique après le décès de ses parents, l'implication de Mbemba dans l'ISD ne l'aide pas seulement à être avec la communauté Congolaise. Mais encore cette communauté est un support pour l'expansion des intérêts de son entreprise en Afrique. Suivant une conférence de l'ISD 2000, Mbemba prend contact avec un Vicaire protestant qui l'aide à réaliser ce qu'il ne pouvait pas faire pendant 15 ans : trouver les membres sa famille authentique. « J'ai un frère à Kinshasa et une soeur. Une autre soeur est morte. Et j'ai deux cousins. »

Quand Mbemba s'est envolé pour rencontrer ses relatifs à Kinshasa, cela provoquait une idée pour une nouvelle entreprise à risques partagées : Sa famille est propriétaire de Loba Télécom qui opère par le biais de six téléphones et un café internet à Kinshasa « Un est détenu par mon frère, l'autre par ma soeur, le troisième par un cousin, et les autres par des cousins lointains et leurs cinq enfants, » déclare Mbemba qui dirige, à distance, l'entreprise à risques partagées. L'unité de sa famille fut un tremplin pour que Mbemba lance ses nouvelles affaires en Afrique. Il affirme que les opportunités existent, en Afrique, pour ceux qui souhaite monter une entreprise à risques partagées. Mais il met en garde « Vous avez besoin d'une personne liée à l'Afrique et qui est capable de penser tout seul la stratégie de management. L' investisseur pourra perdre plus de 40% de son capital de l'entreprise partagée s'il n'a pas une personne sur place. La plupart de la faillite des investisseurs se réalise avant six mois parce qu'ils espèrent gagner rapidement et aussi pour la bonne raison qu'ils placent mal le capital. L'action du capital ne pourrait pas dépasser 30% du total de l'investissement. L 'équipe de lancement d'une affaire pourrait provenir de l'extérieur pour plusieurs mois, voir plusieurs années. L'investissement pourrait être profitable, dans les pays africains, à moyen ou à long terme. » Mais Mbemba ajoute que c'est « la corruption, etc. » doit être prise en compte à hauteur de 30%. « Ce rétrécissement est considéré comme étant absolument normal. »


Article de Gyavira Lasana in Black Enterprise.
Traduction : SIM Rémy Mi NSONKON
ARCHIVE, le 20 Juin 2006     

Vos commentaires
Pas de commentaire enregistré
Identification
login:

mot de passe:


pas encore inscrit ?
Mailing-list
Faire un don
Soutenez-nous !
Forum

 information

 Grand pilier de la religion musulmane BILAL

 Edmond Albius

 africains know how


Ephémérides
15 Décembre 2018
Prix Goncourt à René MARAN pour son livre "BATOUALA" véritable roman nègre.
-1921
Naissance Surya BONALY patineuse artistique.
-1973
Plan du site | Contact Copyright © 2018 ARCHIVE | Réalisé par Elmana