:. Accueil
 :. L'Association
 :. Personnalités
 :. Actualités
 :. Dossiers
 :. Galeries
 :. Forum
 :. Vidéos
 :. Rendez-vous
 :. Boutique
 :. Partenaires
Exposition INVENTEURS ET SAVANTS NOIRS
Dossiers

Retour liste des Dossiers
Partage de l'Afrique
la conférence de Berlin à laquelle les pays colonisateurs du monde se réunirent (sans les Africains naturellement) pour asseoir les principes de partage (balkanisation) de l'Afrique en vue de renforcer leurs idéologies impérialistes et de cohésion.



L'acte général de la conférence de Berlin (Octobre 1884) signé le 26 février 1885, stipule que n'importe quelle puissance Européenne, ayant annexé effectivement un territoire africain, et dûment informé les autres puissances, pourrait en faire librement sa possession. Le traité de Berlin, ainsi que d'autres ententes signées pendant les quinze années à venir ont définis les "sphères d'influence", qui ont partitionné le continent entre les gouvernements européens, réduisant ainsi leur rivalité pour la domination du peuple Africain.

L'effet de la conférence de Berlin était de diviser, et non d'unifier l'Afrique. Les frontières coloniales dessinées étaient artificielles, arbitraires et illogiques. Ils (les colons) ont ignoré la cohésion coloniale de l'Afrique tribale, séparé des peuples vivant en mini nations ethniques liées pendant des siècles par leur héritage culturel et langage communs. La séparation des groupements ethniques d'affinité de part et d'autres des frontières étaient totale.

Les Massai, une tribu nomade guerrière et fière, a été partagée entre les Allemand (Tanganyika) et les Britannique (Kenya). Ailleurs, au beau milieu du Sénégal de langue française a été insérée une bande étroite qui suit la rivière Gambie de l'Océan Atlantique à l'intérieur. Cette intrusion est la Gambie, un pays d'expression anglaise plus petit que le Connecticut!. Les Portugais ont vendu les droits d'accès commerciaux du fleuve aux négociants anglais. L'Angleterre, plus tard formalisa sa présence par un traité avec la France. Cette entente a divisé les peuples mandingue et wolof en colonies de différentes langues avec différents maîtres Européens.

Le continent africain dans sa totalité a été encore ensanglanté par cette balkanisation pendant des siècles et il est du devoir et de la volonté des peuples africains de corriger cette injustice (voire tragédie) même si la profondeur des divisions linguistiques, ethniques, culturelles, philosophiques et religieuses persistent.

Comment expliquons-nous sur un continent le génocide de centaines de milliers de personnes pour aucune autre raison que leur appartenance à une autre tribu?

Comment comprendre que la résistance au colonialisme Occidental finisse aujourd'hui par un néocolonialisme Africain avec des leaderships néo-coloniaux caractérisés par la durée des règnes à la tête de micro états, le non partage du pouvoir, la promotion d'une bourgeoisie anti sociale par l'accumulation illicite de deniers publiques comme arme de subversion, de pacification et de corruption de la masse. L'unité nationale vraie et le développement de ces micro états devraient plutôt être la logique de la continuité de la lutte pour la justification de la résistance, des indépendances et l'affirmation du continent?.

Comment comprendre l'inefficacité de gestion de ces micros états (comparés à d'autres provinces ou états fédérés du monde de même superficie et même moins riches) depuis les indépendances (il y a plus de 40 ans !) ? Que de générations sacrifiées qui auraient pu contribuer à la gestion de leur pays si et seulement si l'alternance du pouvoir existait comme dans tout pays de droit.

Pour chaque "leader" corrompu et intransigeant, fonctionnaires et cadres qui detourne des millions de francs ou dollars placés à leur banque dans des comptes Suisse ou ailleurs à l'étranger, il y'a des millions d'enfants qui meurent de simples maladies préventives, et l'education de millions d'autres handicapée!.

Comme l'Empereur Haile Selassie I de l'Ethiopie l'a indiqué en 1963 : l'union que nous cherchons peut seulement venir graduellement..." Personne aujourd'hui ne pourrait contester la sagesse de ce commentaire. Mais nous devons au moins être engagé dans cette voie en permettant ainsi aux générations futures de s'en souvenir et de continuer la lutte trahie. "Le rêve de développement de l'Afrique a été seulement trahit, mais ce rêve n'est pas perdu".


La carte de l'Afrique magnifiant les frontières héritées de la conférence de Berlin à laquelle les pays colonisateurs du monde se réunirent (sans les Africains naturellement) pour asseoir les principes de partage (balkanisation) de l'Afrique en vue de renforcer leurs idéologies impérialistes, de domination et de cohésion.

Traduit et adapté par Dr. DRAME, H.., de "the Africans" de David Lamb.





Message de Cheikh Anta Diop:

« Je crois que le mal que l'occupant nous a fait, n'est pas encore guéri. Voilà le fond du problème. L'aliénation culturelle finit par être partie intégrante de notre substance, de notre âme et quand on croit s'en être débarrassé, on ne l'a pas encore fait complètement. Toutes les questions que vous m'avez posées reviennent à une seule. Quand est ce que les blancs vous reconnaîtront-ils ? Parce que la vérité sonne blanche. Mais c'est dangereux ce que vous dites. Si réellement l'égalité intellectuelle est tangible, l'Afrique devrait sur des thèmes controversés tels que l'origine africaine de la première civilisation humaine, être capable d'accéder à sa vérité par sa propre investigation intellectuelle et se maintenir à cette vérité, jusqu'à ce que l'humanité sache que l'Afrique ne sera plus frustrée, que les idéologues perdront leur temps, parce qu'ils auront rencontré des intelligences égales qui peuvent leur tenir tête sur le plan de la recherche de la vérité. Mais vous êtes persuadés que pour qu'une vérité soit valable et objective, il faut qu'elle sonne blanche. Mais ça, c'est un repli de nôtre âme qu'il faut faire disparaître. Moi, si je n'étais pas intimement persuadé de la capacité de chaque race à mener sa destinée intellectuelle et culturelle, mais je serai déçu, que ferions nous dans le monde. S'il y avait réellement cette hiérarchisation intellectuelle, il faudrait nous attendre à notre disparition d'une manière ou d'une autre. Parce que le conflit, il est partout jusque dans nos relations internationales les plus feutrées. Nous menons et on mène contre nous le combat le plus violent, plus violent même que celui qui a conduit à la disparition de certaines espèces. Il faut justement que votre sagacité intellectuelle aille jusque là (...) Il n'y a qu'un seul salut, c'est la connaissance directe et aucune paresse ne pourra nous dispenser de cet effort (...) A formation égale, la vérité triomphe. Formez-vous, armez-vous de sciences jusqu'aux dents (...) et arrachez votre patrimoine culturel. Ou alors, traînez-moi dans la boue, si quand vous arrivez à cette connaissance directe vous découvrez que mes arguments sont inconsistants, c'est cela, mais il n'y a pas d'autre voie ».
Pour conclure, l'Afrique doit arrêter de chercher sa propre reconnaissance dans le regard d'autrui. Elle doit se respecter, se pacifier, penser ses plaies, se réconcilier avec son passé et évoluer par elle-même avant que les plus objectifs de ses voisins la reconnaisse. Sinon elle ne récoltera que mépris ou la meilleur des cas, pitié et condescendance.
Le temps passe Dark Vador, et avec lui les gens et des choses se renouvellent et émergent. Les changements sont à venir. Les générations montantes feront des grands sacrifices, parce qu'elles ne voudront pas vivre comme leurs parents. Les choses se feront certainement autrement qu'elles ne le sont aujourd'hui.
L'Afrique doit d'abord gagner son combat interne afin que sa "vérité triomphe".

Cheikh Anta Diop


source:inaedad
ARCHIVE, le 08 Janvier 2007     

Vos commentaires
Pas de commentaire enregistré
Identification
login:

mot de passe:


pas encore inscrit ?
Mailing-list
Faire un don
Soutenez-nous !
Forum

 information

 Grand pilier de la religion musulmane BILAL

 Edmond Albius

 africains know how


Ephémérides
15 Décembre 2018
Prix Goncourt à René MARAN pour son livre "BATOUALA" véritable roman nègre.
-1921
Naissance Surya BONALY patineuse artistique.
-1973
Plan du site | Contact Copyright © 2018 ARCHIVE | Réalisé par Elmana