:. Accueil
 :. L'Association
 :. Personnalités
 :. Actualités
 :. Dossiers
 :. Galeries
 :. Forum
 :. Vidéos
 :. Rendez-vous
 :. Boutique
 :. Partenaires
Exposition INVENTEURS ET SAVANTS NOIRS
Dossiers

Retour liste des Dossiers
LE PAPE, L'EGLISE ET L'AFRIQUE
Quelques heures avant l'annonce de la mort du pape Jean-Paul II, j'ai eu le plaisir de regarder à TV5 un film documentaire sur Saint Maurice, un officier romain noir originaire du Sud de l'Égypte qu'on avait longtemps représenté en blanc. Ce qui confirme les très anciennes et délicates relations entre l'Afrique et le christianisme auquel elle a donné des personnalités importantes après avoir accordé l'asile à Jésus durant sa jeunesse.

Jésus s'était réfugié en Afrique, terre d'origine du pape Gélase 1er, de Saint Augustin et de Saint Maurice, saint patron de l'Allemagne, pays d'origine du pape Benoît XVI

Les Évangiles rapportent que les rois mages parmi lesquels il y avait un Noir venu d'Afrique, avaient annoncé à la famille de Jésus que le roi Hérode voulait l'assassiner. Jésus et sa famille se réfugièrent en Égypte où ils vécurent jusqu'à ce que Jésus ait eu 12 ans. L'Égypte a rapidement reçu le message de Jésus et d'aucuns pensent que Saint Marc, l'un des disciples de Jésus s'y était installé. La terre d'Égypte et l'Afrique ont produit le pape Gélase 1er et plusieurs saints chrétiens dont Saint Maurice.La préparation de l'élection du nouveau pape a permis de faire connaître à la face du monde Gélase 1er, le premier Noir et Africain qui a été pape de 492 à 496. On dit aussi que le pape Boniface IV de 6005 à 615 était originaire du pays des Maures, ce qui correspondrait à la Mauritanie actuelle en Afrique de l'Ouest.Né au sud de l'Égypte au troisième siècle après Jésus-Christ, Saint Maurice s'était enrôlé dans l'armé romaine en cette période où l'Égypte était devenue une province romaine. Quelques années plus tard, il s'est converti au christianisme. Devenu officier, il fut envoyé avec ses troupes combattre des populations en Gaule, particulièrement dans la Suisse actuelle. Arrivé sur place, il s'est rendu compte que la population n'avait comme faute que d'être chrétienne comme lui et de refuser d'adorer l'empereur Maximilien comme un dieu. Il refusa d'obéir. Il fut démis de ses fonctions puis exécuté sous l'ordre de l'empereur avec les quelques soldats qui lui étaient restés fidèles. Martyr Saint Maurice fut rapidement reconnu comme saint et son culte se développa au point qu'une abbaye fut construite sur sa tombe au 6e siècle qui existe encore aujourd'hui et où pria souvent l'empereur Charlemagne qui était un de ses admirateurs. Plus tard, Saint Maurice fut proclamé saint patron de la ville qui prit le nom de Saint Maurice, de toute la Suisse, de l'Autriche et d'une partie de l'Allemagne, où pour la première fois Saint Maurice fut représenté dans sa couleur d'origine vers le 12e siècle et pays d'origine du pape Benoît XVI, premier pape germanique après Victor II en 1055. L'Égypte est aussi terre d'origine d'autres saints dont Saint Antoine, théoricien du monarchisme chrétien, Sainte Catherine d'Alexandrie et Saint Pacôme.Quand l'empereur Constantin fit du christianisme la religion d'État en 313, il s'est répandu dans tout l'empire et notamment à Carthage et dans toute Afrique du Nord. Dans la région de l'Algérie actuelle était né en 354 Saint Augustin, qui fut évêque et est considéré comme le plus célèbre des pères de l'Église, ayant eu une influence capitale sur la théologie chrétienne et ayant donné les lettres de noblesse au latin de l'Église. Sa mère était Sainte Monique. L'invasion arabe et islamique du 7e siècle fit disparaître la plupart des communautés chrétiennes de l'Afrique du Nord sauf en Égypte où on a encore une minorité chrétienne constituant 10 % de la population et à laquelle appartiennent des personnalités connues comme M. Boutros Boutros Ghali, ancien secrétaire général des Nations Unies. De l'Égypte, le christianisme s'est répandu en Éthiopie et par le Nil, il a atteint quelques petites communautés en Afrique du Centre et de l'Est. Cette Église s'est séparée de Rome au 11e siècle au moment du schisme de l'Orient qui a divisé les chrétiens en catholiques et orthodoxes. C'est ainsi que les Églises éthiopiennes et égyptiennes sont coptes orthodoxes.Après ce christianisme des origines, des missionnaires européens, surtout Portugais débarquèrent en Afrique sur la côte Atlantique, notamment en Afrique de l'Ouest et du Centre.

Du premier évêque congolais en 1518 au Rite catholique du Congo-Zaïre en passant par les martyrs de l'Ouganda

Avant l'arrivée de Christophe Colomb en Amérique en 1492, des explorateurs portugais s'étaient intéressé à l'Afrique. L'un d'eux Diego Cao, arriva au royaume du Congo en 1482 où il rencontra le roi Nzinga Akuvu et établit plus tard des relations diplomatiques entre le Congo et le Portugal. Les relations furent fructueuses au point que le roi se convertit au christianisme et que son petit fils Don Henrique, qui fit des études au Portugal, fut sacré évêque en 1518 à Rome par le pape Léon X de la célèbre famille Médicis qui entretenait déjà des liens commerciaux avec le Congo, notamment en important de l'ivoire et des tapis. La présentation des lettres de créance de l'ambassadeur du Congo au pape en 1520 a été immortalisée par une peinture à l'église Sainte Marie Majeure de Rome. Des relations diplomatiques entre le Congo, le Portugal et le Saint siège durèrent plus de 150 ans avant qu'elles ne soient détruites par la honteuse Traite négrière qui institua le préjugé de couleur et le racisme. En 1992, lors d'un voyage en Afrique, le pape a présenté des excuses au nom de l'Église qui n'avait pas dénoncé la Traite négrière.

Au 19e siècle, presque toute l'Afrique fut colonisée.
Grâce à la complicité du chancelier allemand Bismarck, l'homme le plus puissant d'Europe et protecteur de son roi d'origine allemande, la petite Belgique se tailla un empire au centre de l'Afrique qui engloba la grande partie de l'ancien royaume du Congo et prit le nom de Congo Belge. La colonie fut rapidement christianisée d'autant plus qu'à l'Ouest on se souvenait encore des missionnaires portugais et à l'Est de lointaines notions du christianisme qui était venu d'Égypte, un pays auquel on avait transmis il y a plusieurs millénaires le système de calcul d'Ishango considéré comme le plus ancien au monde et qui a servi à l'édification des pyramides. Dans la même région, en Ouganda furent exécutés à la fin du 19e siècle 22 chrétiens par la monarchie locale. Ils sont devenus les martyrs de l'Ouganda canonisés par le pape Paul VI en 1964. Certains d'entre eux n'avaient même pas de prénoms chrétiens comme le plus jeune Kizito qui fut déclaré saint avec son seul nom africain. En cette même année 1964, durant la guerre civile au Congo-Zaïre fut assassinée la soeur Anuarité qui avait refusé de céder aux avances sexuelles d'un chef rebelle. Elle fut béatifiée en 1984 par le pape Jean-Paul II qui avait tenu à réserver au Congo-Zaïre, le plus important pays catholique d'Afrique, sa première visite sur le continent en 1980. Le Congo-Zaïre compte 60 millions d'habitants dont plus de 60 % sont catholiques. 15 % appartiennent à l'Église Kimbanguisme, la plus importante église chrétienne autochtone en Afrique sub-saharienne après celle d'Éthiopie fondée par le prophète Simon Kimbangu en 1920 et qui mourut en 1951 dans une prison du Congo Belge après 30 ans de détention. Simon Kimbangu est considéré comme un héros national qui avait demandé l'indépendance du pays en 1921.Depuis l'indépendance du pays en 1960 et surtout après le Concile Vatican II, l'Église du Congo-Zaïre a toujours cherché à enraciner le christianisme dans la culture africaine. En 1971, dans la mouvance de la politique de Recours à l'authenticité africaine, les évêques décidèrent d'accepter de baptiser avec des prénoms africains en se servant de l'exemple de Saint Kizito. Le cardinal Malula, archevêque de Kinshasa, n'était pas très chaud à cette idée parce qu'il avait peur qu'elle ne soit récupérée le dictateur Mobutu. Une fois rassuré, le cardinal arriva à convaincre le pape Paul VI d'accepter la proposition et mit au point le rite catholique zaïrois qui ne fut agréé par le pape Paul Jean-Paul II en 1986. Le rite catholique du Congo-Zaïre consiste surtout à adapter la messe à la conception africaine de l'adoration, notamment en y intégrant la danse. Le rite catholique du Congo-Zaïre est devenu une source d'enrichissement pour l'église universelle et un modèle pour l'Afrique qui prend de plus en plus de place dans la hiérarchie de l'Église.

Des Africains dans la hiérarchie de l'Église catholique

Mis à part le pape Gélase 1er et peut-être Boniface IV, Saint Augustin au quatrième siècle et Don Enrique du Congo au 16e siècle les évêques autochtones africains catholiques ne sont apparus que vers la deuxième moitié du 20e siècle et surtout après les indépendances en 1960. C'est en 1965 que pour faire honneur aux martyrs de l'Ouganda, le pape Paul VI éleva l'archevêque de Kampala en 1965 au rang de cardinal. En 1969, ce fut le tour de l'archevêque de Kinshasa Monseigneur Malula qui plus tard sera voisin de chambre au conclave de 1978 de futur pape Jean-Paul 1er. En 1977, le cardinal Bernardin Gantin, archevêque de Cotonou au Bénin fut le premier Africain à la Curie romaine, le gouvernement de l'Église et du Vatican. Il y a occupé beaucoup de postes importants dont celui de l'évangélisation, de président de la congrégation des évêques et de doyen du Collège des cardinaux. On pense qu'il a beaucoup joué de son influence au Vatican pour que l'Église permette à des évêques africains de présider les Conférences nationales qui ont contribué à la démocratisation de plusieurs pays africains. Après l'attentat contre le pape Jean-Paul II en 1981, il délégua le cardinal Gantin comme son représentant personnel au pèlerinage de Lourdes en France et lui prêta même son bâton de chef de l'Église, la Croix apostolique. Si le cardinal Gantin fut bien reçu par les pèlerins, il ne fut pas traité à son juste titre par les autorités religieuses et politiques françaises. Certains y virent une certaine manifestation de racisme. Dans les années 90, monseigneur Emery Kabongo, un ancien nonce apostolique au Brésil, originaire du Congo-Zaïre, fut responsable du cabinet du pape. Il a été physiquement agressé à Rome par des inconnus au point qu'il a dû retourner dans son pays d'origine.D'aucuns pensaient qu'il était temps d'avoir un pape originaire d'Afrique. Ils s'appuiyaient sur le fait que le continent connaît la plus grande progression du catholicisme et qu'actuellement il forme beaucoup de prêtres au point d'en envoyer maintenant dans les pays du nord. On pensait que ce serait aussi une bonne occasion d'établir de bonnes relations avec l'Islam qui lui aussi se répand sur le continent. On cite souvent le cardinal Francis Arinzé, qui ne manque pas d'atouts. Originaire du Nigeria, un pays où les Chrétiens et les musulmans se côtoient, deuxième pays catholique d'Afrique, il est aussi membre de la Curie romaine chargé du culte divin et ayant déjà travaillé pour les relations avec les autres religions. Le cardinal Bernard Agré, archevêque d'Abidjan en Côte d'Ivoire, soutenait, quant à lui, que l'Afrique et le monde ne sont pas prêts pour un pape noir. Dans quelques années, quand on aura diffusé en Afrique et dans le monde entier l'information rétablissant les liens très anciens entre l'Afrique et le christianisme des origines et qu'il y aura des cardinaux issus de deux ou trois générations de chrétiens en Afrique, alors il sera temps de penser à un pape originaire d'Afrique. Le pape Benoît XVI originaire de l'Allemagne qui a comme Saint Patron Saint Maurice l'Africain peut contribuer à cette mission en renforçant le culte de Saint Maurice entre l'Afrique et l'Europe.

Il convient aussi de souligner que l'attitude du monde envers les Noirs issue de l'esclavage a beaucoup changé depuis l'émergence politique et économique des Noirs américains au point qu'il est devenu banal de remplacer un Noir par une femme noire à un poste aussi important que celui de Secrétaire d'État des États-Unis alors que l'actuel président de Time Warner, la plus importante entreprise de médias au monde, M. Richard Pearsons est un Noir comme le président d'American Express. Certains spécialistes pensent que Mme Condoleezza Rice, actuelle secrétaire d'État, peut devenir non seulement la première femme, mais aussi la première personne de race noire à devenir présidente des États-Unis. Plusieurs sites Internet ont été créés pour faire la promotion de sa candidature, alors qu'il n'y a pas longtemps elle n'était pas connue du grand public. On se souviendra que lors de sa première visite officielle en Asie, des étudiantes de la Corée du Sud ont formé une importante délégation pour l'accueillir à l'aéroport de Séoul: elles étaient fières de voir une femme comme elles, non blanche, occuper une place aussi importante dans la plus grande puissance mondiale. Il conviendrait que son ami le président George Bush à qui elle a beaucoup appris dans la politique internationale la nomme vice-présidente après la démission de l'actuel vice-président qui a des problèmes de santé. Et si quelques mois avant la fin de son mandat le président Bush prenait la décision de démissionner, il permettrait à Mme Rice d'accéder à la présidence et ouvrirait ainsi un nouveau chapitre de l'histoire américaine, africaine et mondiale.

Ceux qui se préoccupent de l'avenir de l'Église catholique en Afrique doivent aider le Congo-Zaïre, le premier pays catholique du continent et deuxième pays francophone du monde, à mettre fin à une guerre absurde qui a fait 5 millions d'innocentes victimes dont les archevêques Munzihirwa et Kataliko qui ont osé dénoncer l'occupation de leur pays par la folie de grandeur du gouvernement rwandais devant l'inconscience et l'incompétence de la classe politique du pays. Il convient de soutenir financièrement et moralement le Congo-Zaïre pour lui permettre d'organiser des élections libres et démocratiques cette année pour qu'il puisse avoir des dirigeants capables de lui faire assumer son rôle capital dans l'Église, dans la Francophonie et dans le développement de l'Afrique.







par Kanyurhi T. Tchika
Président et éditeur du Magazine Transatlantique
ARCHIVE, le 05 Janvier 2012     

Vos commentaires
Pas de commentaire enregistré
Identification
login:

mot de passe:


pas encore inscrit ?
Mailing-list
Faire un don
Soutenez-nous !
Forum

 information

 Grand pilier de la religion musulmane BILAL

 Edmond Albius

 africains know how


Ephémérides
15 Décembre 2018
Prix Goncourt à René MARAN pour son livre "BATOUALA" véritable roman nègre.
-1921
Naissance Surya BONALY patineuse artistique.
-1973
Plan du site | Contact Copyright © 2018 ARCHIVE | Réalisé par Elmana