:. Accueil
 :. L'Association
 :. Personnalités
 :. Actualités
 :. Dossiers
 :. Galeries
 :. Forum
 :. Vidéos
 :. Rendez-vous
 :. Boutique
 :. Partenaires
Exposition INVENTEURS ET SAVANTS NOIRS
Les Personnalités Noires et Célèbres
Retour liste des Personnalités
GASTON MONNERVILLE
1897-1991
Né à Cayenne en 1897, Gaston Monnerville reste l’une des figures emblématiques de l’histoire de la Guyane, mais aussi et surtout de l’histoire politique de la France entière.

Défenseur de la cause guyanaise
Petit-fils d’esclave, sa vie est marquée par la lutte pour la Liberté et la tolérance. Il fait des études secondaires au Collège de Cayenne, puis au Lycée Bernuy, et se rend ensuite dans l’hexagone pour continuer sa scolarité à la Faculté de Lettres et de Droit de Toulouse.
A vingt-et-un ans, Gaston Monnerville est avocat au barreau toulousain. Le procès des « émeutes de la Guyane », au cours desquelles les partisans de l’anticolonialiste Jean Calmot se révoltent et sont arrêtés, le porte au devant de la scène politique. Il est leur avocat. L’acquittement inattendu des accusés fait de lui le défenseur officiel de la cause guyanaise. Gaston Monnerville estime d’ailleurs à l’époque que ce procès dépasse le cadre personnel et s’étend à la Nation entière.

Sous-secrétaire d’Etat
Elu député de la Guyane en 1932, puis maire de Cayenne, il a pour ambition de changer l’image de ce territoire, trop souvent associé à la misère du bagne et au banditisme. Hélas, son mandat est trop court pour lui permettre de mener à bien ce projet.
Cinq ans plus tard, il est nommé sous-secrétaire d’Etat aux Colonies et se trouve obligé de reporter la fermeture du bagne, qui constituait pour lui une étape importante dans le processus de revalorisation de l’image du territoire. Le 17 juin 1938, il parvient à contraindre Daladier d’abroger la déportation coloniale des condamnés. Dix ans plus tard, il obtient de l’Assemblée qu’elle ordonne le rapatriement des bagnards, mais il lui faudra attendre 1953 pour voir le dernier forçat quitter la Guyane.

Le « commandant Saint-Just »
Lorsque la Seconde guerre mondiale éclate, Gaston Monnerville a quarante sept ans. Sa passion de la Liberté et les idéaux de Justice qui l’animent l’entraînent dans un engagement passionné. C’est avec conviction et détermination qu’il entre donc en résistance en 1940. Le « commandant Saint-Just », tel qu’on le surnomme, s’embarque sur le cuirassé Provence. En 1944, la Libération le trouve en pleine activité au sein des FFI du Massif Central, qui devient très vite sa région politique de prédilection.

Conception républicaine
A la fin de la guerre, il est élu à l’Assemblée constituante et au Sénat de la Guyane jusqu’en 1948. Les mandats parlementaires et les responsabilités au sein du Conseil de la République se succèdent sans interruption. De 1948 à 1974, il enchaîne et cumule les fonctions de conseiller général de Sousceyrac, sénateur du Lot, président du Conseil de la République, maire et président du Conseil général de Saint-Céré. Son opposition à l’élection du Président de la République au suffrage universel lui donne l’occasion de défendre sa vision de la démocratie. Cette prise de position reste sans nul doute l’événement qui témoigne le mieux de sa conception républicaine.

Quête de démocratie
La révision constitutionnelle, proposée par le général de Gaulle en 1958, constituait aux yeux de Monnerville une dérive vers un pouvoir personnel, une « forfaiture », selon une expression qui reste, aujourd’hui encore, attachée à son nom. Après une carrière engagée, il prend sa retraite politique en 1983, mais demeure membre du Conseil constitutionnel et président d’honneur de la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) jusqu’à sa mort à l’âge de 94 ans, le 8 novembre 1991.

Gaston Monnerville s’éteint en laissant dans la mémoire collective le souvenir d’un homme politique attaché à ses valeurs et infatigable dans sa quête de démocratie. Mais c’est aussi un peintre amateur de qualité qui s’endort, laissant pour témoignage de nombreuses toiles dont deux furent longtemps exposées à la Chantrerie de Cahors.


    

Vos commentaires
Pas de commentaire enregistré
Identification
login:

mot de passe:


pas encore inscrit ?
Mailing-list
Faire un don
Soutenez-nous !
Forum

 information

 Grand pilier de la religion musulmane BILAL

 Edmond Albius

 africains know how


Ephémérides
10 Décembre 2018
Déclaration universelle des droits de l'homme à l'ONU.
-1948
Mort de Otis REDDING chanteur de R&B.
-1967
Plan du site | Contact Copyright © 2018 ARCHIVE | Réalisé par Elmana